menu

fermer

Le plus grand musée de france

Présentation de la croix à l'Enfant Jésus Le Plus Grand Musée de France

Présentation de la croix à l’Enfant Jésus

Bouton souscription closeEquipe Dijon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peintre régional de grande qualité

 

Jean Tassel est un peintre né en 1608 et mort en 1667. Il fit partie de l’atelier familial des Tassel, et son travail fut longtemps confondu avec celui de son père, Richard. Les Tassel avaient une forte empreinte régionale, et, si leur atelier se trouvait à Langres, cité religieuse et militaire d’importance, leur travail rayonna sur tout le territoire du diocèse.

 

C’est au milieu du XXe siècle, grâce notamment au travail d’Henri Ronot, que Jean Tassel fut redécouvert et apprécié à sa juste valeur. Nombre de ses tableaux se trouvent aujourd’hui dans divers musées de Dijon au Louvre.

 

Élève du lorrain Jean Leclerc, sa carrière fut marquée par un voyage à Rome qu’il fit aux alentours des années 1634. Il fut alors en contact avec les peintres Bamboches, influence qui se retrouve dans nombre de tableaux de sa carrière (comme Les Maraudeurs au musée de Langres). Bonne représentation des peintres régionaux de l’époque, où le statut du peintre s’approchait de celui d’artisan, il travailla énormément dans la région, notamment dans les couvents. Il possédait une activité variée, puisqu’il fut aussi « Maître des réparations » de la ville de Langres.

 

Un thème original s’inscrivant dans l’histoire de l’art et dans l’histoire locale

 

Dans la chapelle Sainte-Anne où se trouve ce tableau siège une Pieta portant l’inscription « Claude luly dedit 1640 ». Nous pouvons penser que ce tableau a été commandé par le même donateur, et qu’il a donc été pensé pour cette chapelle, où ses dimensions et sa qualité habitent parfaitement l’espace. La présentation de la présentation de la Croix à l’Enfant Jésus n’est pas un épisode existant dans la Bible, mais c’est un thème que l’on retrouve dans la peinture italienne du XVIe siècle.

Nous savons en outre que Tassel s’est inspiré, pour réaliser ce tableau, d’une gravure de Raphaël Sadeler de 1614, réalisée d’après une œuvre de Martin De Vos. La dévotion autour de l’Enfant Jésus, liant la crèche et la croix, était fortement répandue par sœur Marguerite du saint Sacrement du Carmel de Beaune. C’est qui explique la présence de cette iconographie plutôt nouvelle en Bourgogne, et fait de ce tableau une représentation des intérêts religieux locaux de l’époque.

 

Un exemple unique des talents de Tassel qui nécessite d’être sauvé

 

Présentation de la croix à l'Enfant Jésus Le Plus Grand Musée de France

TASSEL, Jean, Présentation de la Croix à l’enfant Jésus, 17ème siècle, Chapelle Sainte-Anne, Courcelles.

Ce tableau est un exemple d’une rare finesse des atouts de Jean Tassel. Il est composé en diagonal, avec, au centre de la composition, la Vierge Marie et Jésus. Marie est penchée sur son fils, dans une position maternelle et douce. On découvre sous son voile des traits caractéristiques du dessin de Tassel mais d’une pureté et d’une finesse rare dans son œuvre. La dynamique du tableau est créée par le mouvement de l’enfant Jésus qui se lève pour recevoir la Croix. Il a un visage rond, joufflu, et des sourcils marqués encadrant son regard et le mouvement. Les anges, aussi en mouvement comme le montrent leurs draperies, rappellent les anges gothiques du XVe siècle, et lient ce tableau à l’art du Moyen-Àge.

C’est une représentation de l’union du ciel et de la terre, comme le suggère le décor d’intérieur entourant Marie (la table, la chaise). La venue des anges et la lumière divine se dégageant de la partie gauche du tableau amène le céleste et le divin. Les talents de luministe et de coloriste de Tassel doivent d’ailleurs être soulignés dans cette composition où ils apparaissent avec éclat.

 

Redécouvert par Henri Ronot, ce tableau avait déjà été sujet à une restauration à la fin du XXe siècle, qui lui a permis de retrouver ses couleurs d’origine. Mais le temps a passé et son état actuel nécessite une restauration urgente qui permettra de le nettoyer et de le consolider.

 

Bibliographie

 

Pierre Quarré, Tableaux des Tassel, Mémoires de la Commission des Antiquités de la Côte-d’Or, t.XXVII, 1970-71, Dijon, 1972 (p.177)

Henry Ronot, Richard et Jean Tassel: peintres à Langres au XVIIe siècle, 1990, Paris, Nouvelles éditions latines

http://www.larousse.fr/encyclopedie/peinture/Tassel/154599

Voir aussi : Le blog d’un habitant de la commune