menu

fermer

Le plus grand musée de france

Reims oeuvre 2016-17 - une

Le Christ et la Samaritaine

 

Bouton souscription close

 

 

equipe-de-reims-Vignette

 

L’équipe rémoise du Plus Grand Musée de France s’est rendue dans la petite commune de Chigny-les-Roses, village d’un peu moins de 600 habitants, sur le versant Nord de la Montagne de Reims. Situé en plein coeur des vignes de champagne, c’est madame Pommery elle-même qui affecte le suffixe “les-Roses” au radical du petit bourg.

espace

La commune, petite et pittoresque, n’en est pas moins un centre culturel à proprement parler. En effet, en plus du château du Domaine du Chalet, d’une église en l’honneur de Nicolas de Myre et d’un calvaire en centre-ville, la commune présente la particularité d’être l’un des nombreux villages-étapes sur la route du champagne. Le patrimoine viticole n’en est donc que plus présent : anciens pressoirs, rues nommées d’après de célèbres maisons de champagne… C’est dans ce charmant cadre que notre équipe a découvert le tableau.

 

 espace

 

 espace

Une scène biblique classique

espace

Scène biblique bien connue de l’Evangile de Jean, l’épisode de Jésus et la Samaritaine est un classique pictural de l’iconographie religieuse. On le retrouve sur une multitude de vitraux mais il est également devenu au fil des siècles une scène appréciée des grands peintres de l’Europe baroque parmi lesquels Bernardo Strozzi, le flamand Juan de Flandes ou encore le hollandais Rembrandt.

espace

Cette oeuvre dépeint avant tout la rencontre de deux peuples divisés par l’histoire. Après la mort de Salomon, le Royaume d’Israël se fracture entre le Royaume du Nord qui devient Israël, dont la capitale est Samarie et le Royaume du Sud, dont la capitale est Jérusalem. Environ 600 ans plus tard, Hyrcan 1er, roi des Juifs de Jérusalem, assiège les terres de Samarie. Les Samaritains et les Juifs, bien que tous deux descendants des anciens israélites sont profondément scindés et ne communiquent pas jusqu’à l’époque de Jésus. Le chapitre IV de l’Evangile selon saint Jean fait explicitement référence à cette inimitié au verset 09.

 espace

Le Christ et la Samaritaine, les protagonistes de la scène

espace

C’est donc avant tout l’idée de communication et d’échange qui est au coeur de ce tableau. Nous voyons en effet que “Photine la Samaritaine”, selon le nom qu’il convient de lui attribuer, semble surprise, gênée par cette conversation avec Jésus. En effet, les Juifs comme Jésus ne parlent pas normalement aux Samaritains qu’ils méprisent. Elle est donc stupéfaite de ce dialogue qu’entame Jésus avec elle en lui demandant de l’eau. N’oublions pas qu’à la fin de cette scène, elle sera convaincue qu’il s’agit du Messie, du Christ et qu’elle ira elle-même communiquer cette nouvelle. Ses yeux grands ouverts semblent témoigner de cette admiration grandissante, à laquelle Jésus répond par une grande impassibilité; sa communication étant physique, au travers d’un léger sourire, d’une paume de main résolument ouverte et d’un regard guidant vers les cieux.

 espace

Le puits comme élément central

espace

L’autre élément central de l’oeuvre est  le puits. Dans l’imagerie biblique, le puits est régulièrement associé à l’idée de la rencontre homme-femme. Par ailleurs, l’idée de soif qui lui est liée est équivoque et évocatrice, la soif évoquant l’amour d’une part mais également et surtout l’idée d’un désir ou plutôt de la foule des désirs profondément humains et intarissable. Peut-être lointain inspirateur du mythe de Sisyphe, Jésus prévient la Samaritaine que sa soif de mortelle ne pourra jamais être abreuvée dans ce simple puits. Seule l’eau que détient Jésus sera capable de placer ceux qui l’acceptent dans une satisfaction éternelle. C’est une métaphore de l’amour de Dieu qui est le point central de l’oeuvre.

espace

On retrouve ici l’importance de la verticalité du geste de Jésus. Ce dernier semble indiquer une source spirituelle supérieure. L’eau étant un symbole important pour les prophètes, c’est ici l’incarnation de la révélation spirituelle. La proéminence de l’arbre surplombant la scène et sa beauté semble confirmer cette analyse selon laquelle la découverte du Messie et de la parole divine apporte joie et profusion.

 espace

Une scène appréciée des grands peintres de l’Europe baroque tels que Rembrandt…

espace

la samaritaine rembrandt 1658

La Samaritaine, Rembrandt, 1658

Quoique plus sombre, cette représentation du maître hollandais offre une comparaison intéressante. En effet, le puits y est également central mais prend même ici les devants du tableau. L’arrière-plan est plus rural, paysan et Jésus semble habillé de manière bien plus indigente. Ce dernier est également plus actif, parle et semble essayer de convaincre. C’est la samaritaine qui prend le rôle posé et calme. Elle est à l’écoute, et médite sur les paroles du Christ.

espace

Notre tableau contraste donc par son fond aux couleurs riches, dans un paysage aux allures oniriques, le rapprochant d’une oasis, où l’arbre charnu surplombant Jésus vient offrir sa protection.

 espace

…, Juan de Flandes…

Le Christ et la Samaritaine

Le Christ et la Samaritaine, Juan de Flandes, c. 1500 (Musée du Louvre)

espace

Cette scène de Juan de Flandes est encore bien différente car beaucoup plus technique. En effet, la forme du puits est bien mieux définie, plus géométrique avec des bords fermement délimitées. La samaritaine, typiquement flamande est dépeinte en pleine action et donc bien moins à l’écoute de Jésus. La scène est également plus menaçante par la présence de la structure du puits qui rappelle fortement celle du gibet ou de la croix. L’emplacement, bien plus isolé semble en accord avec le personnage de Jésus, en posture bien moins souveraine et dont les mains sont tournées vers la terre.

espace

Notre tableau semble donc être un compromis entre cette scène de solitaire et l’exemple suivant.

 

 espace

espace

espace

 espace

espace

espace

Jésus et la Samaritaine

Jésus et la Samaritaine, Jean-François de Troy, 1742 (Musée des Beaux-Arts de Lyon)

… ou encore Jean-François de Troy

espace

Bien que les positions sont ici inversées, ce tableau est celui qui se rapproche sans doute le plus de notre version de la fameuse scène. Les couleurs sont similaires à celles que nous retrouverons après une bonne restauration. La ville à l’arrière-plan y est riche et grande, la végétation verdoyante, la communication entre Jésus et la Samaritaine y est intense. Le puits est  présent mais secondaire aux deux personnages.

espace
La véritable différence avec notre version est la présence des disciples qui se dirigent vers la figure affable du Christ. Notons que la surprise et la désapprobation lisibles dans leur gestuelles fait écho aux tensions entres Juifs et Samaritains.

 

 

 espace

espace

espace

 

espace

La découverte de l’œuvre

 

           

Presbytère Reims

La caverne aux trésors du grenier du presbytère

Accompagnés de la responsable aux affaires culturelles de la mairie, nous avons pénétré dans l’ancien presbytère du village. Passée la surprise de constater que ledit presbytère avait été converti en un cabinet de comptable, nous avons monté d’étroits escaliers en bois grinçant pour nous retrouver dans un grenier sous les combles.

espace

Délaissant les archives du  comptable, nous avons pu découvrir, dans une pièce adjacente, un véritable trésor. Une dizaine de tableaux était entreposée là, ainsi que des statues et des moulages, des caisses remplies de livres et de cartes postales, et mille autres objets hétéroclites. Après avoir repoussé quelques toiles d’araignée, nous avons retroussé nos manches pour entreprendre de déplacer les tableaux empilés. Dans un espace aussi exigu, ce n’était pas une mince affaire. Cependant, après avoir écarté un portrait de saint Jean-Baptiste de la Salle, et une oeuvre inspirée de Poussin égratignée, cette représentation du Christ et de la Samaritaine s’est enfin révélée à nous et a attiré toute notre attention.

 

e

espace

espace

escpae

 

Bibliographie et sources

espace

  • Notice du Christ et la Samaritaine Juan de Flandes, sur l’Atlas de base des oeuvres exposées au Musée du Louvre : http://cartelfr.louvre.fr/cartelfr/visite?srv=car_not_frame&idNotice=24015
  • Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean – Chapitre 4, sur le site de l’Association Épiscopale Liturgique pour les pays Francophones : https://www.aelf.org/bible-liturgie/Jn/Evangile+de+J%C3%A9sus-Christ+selon+saint+Jean/chapitre/4

 

Reims - oeuvre 2016-17 Chigny-les-Roses

Artiste inconnu
Le Christ et la Samaritaine
Huile sur toile, XVIIème siècle
Chigny-les-Roses (Marne)