menu

fermer

Le plus grand musée de france

Pieta - Le Plus grand musée de France

Pietà

Odile Papapietro - Le Plus grand musée de FranceSouscription close 

 

Dans une des chapelles latérales de l’église de Chaniers, on peut admirer une très belle Pietà en plâtre, d’après une sculpture de Sanson. Une sincère émotion se dégage de l’œuvre et ses dimensions – assez imposantes – lui confèrent une grande solennité. Ce moulage de qualité est malheureusement sévèrement endommagé dans sa partie inférieure.

 

Un sculpteur à la mode. 
 
Justin-Chrysostome Sanson est un sculpteur français qui connut une certaine renommée au XIXe siècle. En 1852, il est élève à l’Ecole des beaux-arts de Paris dans l’atelier de François Jouffroy. Dès 1861, il obtient le grand prix de Rome pour son bas-relief Ulysse ramenant Chryséis à son père. Il séjourne durant cinq ans à la Villa Médicis, parachevant sa formation au milieu des œuvres de l’Antiquité. Sanson est nommé chevalier de la Légion d’honneur en 1873. 
 

Pieta - Le Plus grand musée de France

 

Une œuvre plusieurs fois récompensée. 
 
La plus primée des œuvres de Sanson est sa Piéta, visible dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Nemours, dont le bronze fut médaillé au Salon de 1869 et le marbre à l’Exposition universelle de Paris en 1878. Il en existerait aujourd’hui de très rares copies, dont celle de l’église de Chaniers. C’est probablement l’œuvre la plus expressive du sculpteur. Le corps du Christ, à la musculature idéalisée, repose lourdement sur les jambes de la Vierge dont le visage assez dur est sillonné de larmes. La signature reste très discrète, dans la couronne d’épines. 
 

Pieta - Le Plus grand musée de FranceUne restauration et une remise en valeur indispensables. 
 

Très endommagée dans sa partie inférieure, l’œuvre nécessite une restauration urgente. Le socle est brisé à plusieurs endroits, la jambe gauche du Christ est fêlée et son pied gauche totalement fragmentaire. Les paroissiens ont cherché à dissimuler les dégâts – apparemment causés par le déplacement brutal de l’œuvre – en plaçant des fleurs en plastique sur le pied du Christ qui continue à s’émietter, faisant apparaître la filasse sous des débris de plâtre. L’intervention d’un restaurateur aura pour objectif de consolider la sculpture et de remettre à niveau les manques de matière. L’œuvre bénéficierait aussi grandement d’un déplacement, afin d’être mieux visible des visiteurs tout comme des fidèles desquels elle reste assez ignorée. Un meilleur éclairage pourrait également être l’objet d’une réflexion.