menu

fermer

Le plus grand musée de france

Saint Jean-Baptiste - Le Plus grand musée de France

Saint Jean-Baptiste

Maxime Mauchamp - Le Plus grand musée de FranceSouscription close 
 

Une œuvre mal documentée. 
 

A Mercurey, la très belle église de Touches conserve de nombreuses peintures anciennes de grande qualité. Parmi celles-ci, le Saint Jean-Baptiste, tout récemment attribué à Claude Lebault (1665-1726), constitue sans nul doute une petite pépite du début du XVIIIe siècle.Cette œuvre demeure mystérieuse. On ignore d’abord comment et quand elle pris place dans l’église de Touches. Sans doute les armoiries présentes au bas du tableau nous permettraient d’en apprendre davantage mais, malgré les recherches menées par l’Association du Patrimoine de Mercurey, leur identification reste incertaine. Enfin, l’attribution même de cette peinture s’était jusqu’alors avérée problématique. D’abord considérée comme une copie d’après un modèle signé Nicolas Poussin ou Sébastien Bourdon, elle est désormais attribuable à Claude Lebault. 

 
Saint Jean-Baptiste - Le Plus grand musée de France
Une œuvre dégradée. 
 

Avec sa couche picturale salie et largement écaillée, le Saint Jean-Baptiste mérite assurément une restauration. Celle-ci consisterait avant tout à sauver une œuvre fragilisée et désormais décrochée du mur de l’église. Le visiteur pourrait à nouveau apprécier la fraîcheur des coloris tout en bénéficiant d’une meilleure lisibilité. Cette opération présente enfin un intérêt scientifique certain dans la mesure où un nettoyage permettrait d’en apprendre davantage sur cette toile. On peut notamment espérer une datation plus précise du tableau ainsi qu’une attribution plus assurée.

 

Une œuvre redécouverte. 
 

Le fait d’avoir mis en lumière cette œuvre a rapidement permis de l’attribuer. D’après le docteur en histoire de l’art François Marandet, il pourrait s’agir d’une toile réalisée par l’artiste bourguignon Claude Lebault. Peintre ordinaire de Louis XIV, Lebault rentre en 1708 à Allerey-sur-Saône (71), le village qui l’a vu naître. Il s’attelle alors à la réalisation d’un vaste programme décoratif de l’église qui est aujourd’hui toujours visible et dont certaines œuvres attendent une restauration. Il exécute parallèlement des commandes pour des établissements religieux de la région dont cette œuvre jusqu’alors inconnue pourrait faire partie. 

 

Bibliographie 
 

Annick Vaudroux, Quelques nouvelles de Claude Lebault, peintre bourguignon (1665-1726),  »Trois Rivières »-Groupe d’Etudes Historique de Verdun-sur-le-Doubs, n°66, Villefranche, 2006