menu

fermer

Le plus grand musée de france

Suite de 12 médaillons - Le Plus grand musée de France

Suite de 12 médaillons

Véronique Montagne - Le Plus grand musée de FranceBouton oeuvre restaurée
 

 

Des Mystères précieux… 
 

L’église de Cadenet dans le Vaucluse renferme un ensemble de douze tableaux de format circulaire, figurant douze des mystères du Rosaire. Les toiles, mais aussi les cadres de très belle facture, méritent notre attention. Daté du XVIIe siècle, cet ensemble provient peut-être de l’ancien couvent dominicain de Cadenet. Si l’on se base sur le nombre canonique de quinze mystères à l’époque de la réalisation des tableaux (depuis porté à vingt par le pape Jean-Paul II), la série est incomplète : deux des tableaux manquants ont peut-être été dispersés à l’époque de leur transfert dans l’église, tandis que le troisième absent aurait été détruit dans les années 2000 en raison de son trop mauvais état… Malgré ces manques, une telle série, d’un tel format, est relativement rare : c’est en cela que l’ensemble est précieux. 

 

Suite de 12 médaillons - Le Plus grand musée de France

…mais incomplets car négligés 
 

L’actuel accrochage des tableaux ne permet pas de reconstituer chronologiquement les épisodes de la vie de la Vierge et du Christ contenus dans le rosaire traditionnel. Selon l’ordre canonique, le rosaire s’établit ainsi : les mystères Joyeux en premier lieu, relatent l’enfance du Sauveur ; il comprennent l’Annonciation (tableau manquant), la Visitation, la Nativité, la Présentation (tableau manquant) et le Recouvrement de Jésus au temple. Viennent ensuite les mystères Douloureux : l’Agonie au Mont des Oliviers, la Flagellation, le Couronnement d’épines (état alarmant), le Portement de croix (tableau manquant) et la Crucifixion. Enfin sont représentés les mystères Glorieux : la Résurrection, l’Ascension, la Pentecôte, l’Assomption et le Couronnement de la Vierge. 

 

Restaurer, repenser, redécouvrir 
 

Parmi les dix tableaux de la série visibles dans l’église, presque tous nécessitent l’intervention d’un restaurateur, en raison du mauvais état de tous les éléments constitutifs : couche picturale altérée par des pertes de matière importante et des repeints de piètre qualité, toile déformée voire percée, fond de bois et cadres minés par des insectes xylophages, dorure de certains cadres recouverte de bronzine, laquelle est depuis affectée par du vert de gris… etc. Par ailleurs, un accrochage plus cohérent est à envisager. 

 

Bibliographie 
 

© Inventaire général, Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, 1970

 

Cadenet - Christ aux Outrages avant et après restauration

Avant et après travaux du médaillon du couronnement d’épines. Photo après travaux : Hervé Didier